sloop4murmures
_
Erratiques

16.10/05.11

texte_Wolfram Höll

traduction_Laurent Muhleisen

mise en scène_Armand Deladoëy

à berlin juste avant la chute du mur les enfants jouaient dans le bac à sable entre le béton des blocs d’habitation c’est un poème non c’est une partition non c’est de la musique deux frères étaient là erratiques avant la fonte des glaces la chute des glaciers sur le béton des blocs d’habitation et après que tout soit tombé ils ont continué à jouer toi tu dis c’est un enfant qui parle non c’est de la musique c’est une chanson c’est une berceuse en boucle sur un film super 8 oui ça doit être ça alors il faut fermer les yeux fermer les yeux pour écouter la voix et quand on se réveillera quand on se réveillera le mur qui n’en est plus un le mur est-ce qu’il sera toujours là le mur ?

une vieille peinture de façade pâlie
pour qu’elles soient belles les façades
pour qu’ils soient heureux
les enfants du béton coulé
des façades

A Berlin, juste après la chute du mur, un garçon joue dans le béton, entre les tours de son bloc d’habitation. On n’entend que sa voix, une petite musique enfantine et lancinante. C’est à travers son regard d’enfant qu’il observe la capitale changer. L’effondrement du mur répond aux fissures à l’intérieur de lui, où le manque se creuse. Avec son frère et son père, ils se remémorent leur mère et projettent sur les façades d’immeubles les vidéos super 8 qu’ils ont faites d’elle. Au milieu des décombres, ils évoquent leur passé, sa disparition et donnent libre cours à leurs souvenirs. Les ruines du communisme signent aussi la fin de l’enfance et du monde qu’il a connu. Une poésie de l’ordre de l’oratorio, de la messe de requiem : le requiem sur la mort ou l’absence de la mère. Ecrit par le jeune auteur Wolfram Höll, un des auteurs allemands les plus prometteurs, Erratiques a remporté le Mülheimer Dramatikerpreis en 2014. Ce texte évocateur est mis en scène par le virtuose Armand Deladoëy, accompagné par des musiciens. POCHE /GVE ouvre ici une porte vers la Suisse alémanique et vers les textes germanophones présentés lors de cette saison_drüüü.

 

__Parce que ce jeune prodige du théâtre allemand a remporté le Mülheimer Dramatikerpreis avec ce texte. Parce que depuis l’Institut littéraire de Bienne, Wolfram Höll écrit des pièces radiophoniques, mettant en sons son écriture poétique, laconique et onirique. Parce que la Suisse regorge d’auteures* renommées ailleurs mais pas encore ici.

__Parce qu’Armand Deladoëy est danseur, acteur, manipulateur de souffles et de paroles complexes. Que ni Sarraute, ni Koltès, ni Danis ne l’ont effrayé. Parce qu’on l’a vu être un Merce Cunningham émouvant de fragilité. Parce qu’il est le vieux sage calme qu’il fallait pour s’attaquer à ce bloc erratique poétique et musical.

 

 

L’Arche est l’éditeur et l’agent théâtral du texte représenté. 
www.arche-editeur.com

 

Le spectacle bénéficie de l’aide à la création d’Artcena

 

Les spectacles du sloop4 sont soutenus par la Fondation Leenaards.

durée en création

 

jeu Cédric Djedje, Fred Jacot-Guillarmod, Cédric Juliens

 

assistanat à la mise en scène Mathilde Aubineau

scénographie Sylvie Kleiber

lumière Victor Roy

costumes Eléonore Cassaigneau

production POCHE /GVE

coproduction Le Rideau de Bruxelles

 

 

Erratiques sera publié aux Editions de L’Arche

Titre original : Und dann

 


En parallèle

_ma 10.10 répétition ouverte

_ma 17.10 l’intro du dirlo

Les autres spectacles du sloop4 murmures

Commentaires

Laisser une réponse

© 2017 POCHE /GVE tous droits réservés. Design: oficio - Développement: wonderweb